Dossier

Quelles contraceptions proposer en cas d'allaitement ?

Mis en ligne le 30/09/2020

Auteurs : B. Raccah-Tebeka, G. Plu-Bureau

Les femmes qui allaitent négligent plus volontiers la contraception, se pensant, à tort, infertiles. Or, l'anovulation existe dans le cas d'un allaitement exclusif strict rentrant dans le cadre précis de la Méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée (MAMA). En France, ce type d'allaitement est très minoritaire, et les conseils contraceptifs devraient être rigoureusement identiques chez les femmes qui allaitent et chez celles qui n'allaitent pas. La contraception estroprogestative est contre-indiquée du fait du risque thromboembolique de cette période, contrairement à la contraception progestative. Les données actuelles concernant l'impact de cette dernière sur les critères de qualité de l'allaitement et sur la santé de l'enfant sont extrêmement rassurantes. Les contraceptifs dits de longue durée d'action (LARC) peuvent avoir un intérêt majeur lorsqu'une autre grossesse n'est pas immédiatement envisagée.

Liens d'interêts

B. Raccah-Tebeka et G. Plu-Bureau déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Brigitte RACCAH-TEBEKA

Médecin, Gynécologie, Hôpital Robert Debré, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Geneviève PLU-BUREAU

Médecin, Gynécologie, Hôpital Port-Royal, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Sénologie,
Gynécologie et obstétrique
thématique(s)
Contraception
Mots-clés