Mise au point

Etude rétrospective du paludisme importé à Plasmodium falciparum dans les unités pédiatriques françaises de soins intensifs

Mis en ligne le 31/03/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 277,45 Ko)

Problème majeur de santé publique dans le monde, le paludisme à Plasmodium falciparum (Pf) est responsable d'une forte mortalité. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 216 millions de cas de paludisme, la plupart dus à Pf, ont été déclarés dans le monde au cours de la dernière décennie, responsables de 650000 décès annuels. La majorité des décès (91 %) sont survenus en Afrique, et 86 % d'entre eux touchent des enfants de moins de cinq ans. La France est le pays industrialisé le plus affecté par le paludisme importé à Pf. En 2011, 4000 cas ont été rapportés, et 13,2 % des patients étaient âgés de moins de quinze ans [1, 2].

En 1990, l'OMS a établi des critères, révisés en 2000, pour évaluer la sévérité de l'affection. Toutefois, ces critères sont surtout basés sur des constatations effectuées dans les zones d'endémie palustre [3, 4].

La validité de ces critères a été récemmentrévisée chez les adultes dans les zones où le paludisme n'est pas  endémique, mais leur pertinence n'a pas été vérifiée chez les enfants nécessitant des soins dans les pays industrialisés. L'objectif de cette étude rétrospective était d'évaluer la validité des critères de sévérité chez les enfants atteints de paludisme à Pf et hospitalisés en France, un pays où le paludisme n'est pas une maladie endémique. Les critères de sévérité de l'OMS sont résumés dans le tableau I [1].

Liens d'interêts

Les auteurs de l’étude n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

G. Dutau déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
centre(s) d’intérêt
Pédiatrie
thématique(s)
infectiologie
Mots-clés