Dossier

Les variants : ça n'arrête pas…

Mis en ligne le 31/12/2021

Auteurs : N. Gastli, J. Raymond, R. Cohen

  • La survenue de mutations est inéluctable lors de la réplication des virus à ARN [1]. Les mutations sont des erreurs de lecture de l'acide nucléique viral lors des très nombreuses réplications intracellulaires. C'est ainsi que, depuis son premier jour de circulation, le SARS-CoV-2 a présenté de nombreuses mutations, dont certaines estimées significatives, une nouvelle forme du virus émergeant environ tous les 2 mois. Il semble cependant muter moins fréquemment que d'autres virus à ARN, comme ceux de la grippe (2 fois moins) ou le VIH (4 fois moins). En effet, le SARS-CoV-2 possède un système de relecture permettant de corriger une partie de ces erreurs, malgré la taille importante de son génome (environ 30 000 bases). La plupart de ces mutations ­n'entraînent aucune conséquence, voire ont des effets défavorables pour le virus muté, ce qui aboutit à sa disparition [1]. Certaines peuvent en revanche donner un avantage « écologique » au virus en favorisant sa transmissibilité ou un échappement à l'immunité acquise par la maladie naturelle ou par la vaccination [1, 2]. L'émergence des variants delta puis omicron a bouleversé l'évolution de la pandémie.
Liens d'interêts

N. Gastli, J. Raymond et R. Cohen déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Pr Robert COHEN
Pr Robert COHEN

Médecin
Pédiatrie
CHI de Créteil, Créteil
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Pédiatrie
thématique(s)
Covid-19