Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Hépatite C chronique : Des thérapeutiques prometteuses

Mis en ligne le 22/11/2001

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 30,71 Ko)

La nouvelle molécule, l’interféron pégylé, constitue un pas en avant dans le traitement de l’hépatite C chronique, qui est aujourd’hui l’une des principales causes d’atteinte chronique du foie. Au vu des résultats de récentes études, l’interféron pégylé associé à la ribavirine apparaît plus efficace que la bithérapie avec l’interféron standard pour soigner l’hépatite C chronique. L’hépatite C est désormais considérée comme une épidémie “silencieuse” parce que les personnes infectées (plus de 500 000 en France) peuvent rester sans symptôme pendant plus de 10 ou 20 ans. Chez la majorité d’entre elles (85 %), la maladie évolue vers la chronicité. Chez 20 % de ces personnes, une cirrhose apparaît finalement et, dans 5 % des cas, une insuffisance hépatique ou un cancer du foie est diagnostiqué. Le traitement de l’hépatite C vise à normaliser les taux d’alanine-aminotransférase (ALAT), ce qui est un signe de stabilisation des lésions hépatiques, et à éliminer le virus VHC du sang. L’efficacité thérapeutique doit donc être contrôlée à 6 mois par une technique PCR permettant de détecter la présence ou non d’ARN (acide ribonucléique) viral. En cas de charge virale négative, le patient est considéré comme guéri définitivement de l’infection.

centre(s) d’intérêt
Hépatologie,
Médecine générale
thématique(s)
Hépatite C
Mots-clés