Vers une personnalisation du traitement des SMDS