Le test kisspeptine va-t-il remplacer le test à la GnRH dans l’évaluation du déficit gonadotrope ?

D'après Phylactou M et al., abstr. OR32-3, actualisé