Résistance à l’ibrutinib : toujours les mutations de BTK et PLCG2… but what else ?

D’après Sutton LA et al., abstr. 2098, et Chiodin G et al., abstr. 2195, actualisé