Arrêt de l’hydroxychloroquine dans le lupus quiescent : qui va piano va sano !

D’après Papachristos D et al., abstr. 989, actualisé