Covid/VIH : une décision sanitaire doit-elle être toujours scientifiquement justifiée ?*