Mise au point

Consultation gynéco-dermatologique de pathologie vulvaire

Mis en ligne le 10/10/2017

Auteurs : S. Abnoun, V. Combaud, L. Martin, P. Descamps

Lire l'article complet (pdf / 3,52 Mo)

La vulve, organe génital externe de la femme, est un carrefour anatomique essentiellement composé de peau. Elle est le siège d'affections dermatologiques diverses. Les maladies vulvaires dont la symptomatologie est peu spécifique sont méconnues bien qu'elles soient assez fréquentes. Ainsi, de nombreuses patientes sont amenées à consulter plusieurs médecins avant de pouvoir obtenir un diagnostic, puis un traitement adéquat. Cette errance diagnostique se voit notamment avec le lichen scléreux vulvaire (LSV), alors qu'il s'agit d'une dermatose vulvaire inflammatoire fréquente d'étiologie mal connue (1). Cette dermatose peut affecter les enfants, les hommes et les femmes sur toutes les parties du corps mais avec une fréquence plus importante des atteintes des voies génitales, notamment chez la femme (2). Cette pathologie étant sous-diagnostiquée, elle est sous-traitée alors qu'elle a des répercussions sur la qualité de vie des patientes et peut évoluer vers un cancer. Devant la complexité de la pathologie vulvaire, des consultations conjointes gynécologue-dermatologue se sont développées. Nous avons identifié les pathologies observées au cours d'une telle consultation pluridisciplinaire spécialisée en pathologie vulvaire, et étudié plus spécifiquement les patientes atteintes de LSV.

Liens d'interêts

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Sarah ABNOUN

Médecin, Gynécologie, CHU, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Vanessa COMBAUD

Médecin, Gynécologie, CHU, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Ludovic MARTIN

Médecin, Dermatologie et vénéréologie, CHU, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Philippe DESCAMPS

Médecin, Gynécologie, CHU, Angers, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Dermatologie,
Gynécologie et obstétrique,
Oncologie dermatologie
Mots-clés