Editorial

Billet d’humeur automnale : cultiver la positivité dans la prévention


(pdf / 82,37 Ko)

En cette fin 2023, après 3 années de crise sanitaire inédite, l’heure est venue de changer et de revenir à l’apaisement dans un contexte international géopolitique extrêmement complexe. Il est crucial de retrouver une orientation scientifique et oncologique sans retomber dans le piège redouté de notre hospitalo­centrisme.

À l’aube de la transformation – voire de la ­détérioration – de Twitter en “X”, la migration vers des réseaux d’informations plus sereins, tels que LinkedIn, s’impose. Loin des tempêtes médiatiques et des multiples polémiques, qu’elles soient vaccinales ou liées au Covid, cette transition, tout comme un ajustement de paramètres dans un protocole expérimental, offre une perspective différente, favorisant le recul nécessaire à la réflexion.

Fatiguée des opinions de “Josydu59”1 sur la pertinence des thérapies ciblées et sur le recours aux molécules ­innovantes via les procédures d’accès précoce et d’autorisation temporaire d’utilisation revisitées, j’ai découvert le lac de bienveillance professionnelle qu’offre LinkedIn.

Au-delà de l’entre-soi, visant à célébrer mutuellement les initiatives institutionnelles, s’exprime un véritable enthousiasme pour la communication grand public à l’initiative des instances et des opérations caritatives, à l’image ­d’Octobre Rose pour le cancer du sein ou Movember pour les cancers masculins.

Ce mois de novembre commence donc traditionnellement avec la 8e édition du Mois sans tabac, mais, contrairement aux années précédentes, on observe enfin, en 1re ligne de la communication des agences et des institutions, son couplage avec le programme de dépistage du cancer du poumon.

Nous nous éloignons des discours hermétiques sur les molécules innovantes, aux noms imprononçables, qui maintenaient à distance nos confrères du monde restreint de l’oncologie thoracique, avec un taux de réussite inférieur aux mastodontes de la prostate et du cancer du sein.

La prévention s’invite enfin officiellement dans nos pratiques de pneumo­cancérologues, nous rapprochant probablement de la réalité vécue par la médecine de ville (via les communautés professionnelles territoriales de santé), qui s’associe aux campagnes de dépistage du cancer du poumon.

Espérons que mon optimisme ne soit pas uniquement lié à la rédaction de cet éditorial, en ce 3 novembre 2023, journée mondiale de la gentillesse.■

1Les anonymes des réseaux sociaux.


Liens d'intérêt

C. Audigier-Valette déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.