Concept

Initiatives – “LE SANS FOURCHETTE®”, la gastronomie au bout des doigts pour tous

Mis en ligne le 31/12/2020

Auteurs : F. Verdureau, R. Lepage, E. Laurine

Madame, une histoire vraie…

Elle s'appelait Madame. Elle aimait la vie plus que tout. Soignante, elle a voulu témoigner pour ses pairs de ce qu'elle a vécu pour que l'on sache ce que la maladie lui fit subir.

Madame était “un tronc de l'air”, comme on dit à Marseille, aînée d'une famille marseillaise d'origine italienne. D'un petit gabarit, femme blonde aux grands yeux bleus, énergique, curieuse, drôle, elle était passionnée de voyages, aimait aller dans les grands restaurants et crapahuter dans les sentiers à l'air libre pour respirer la liberté.

Madame pressentait qu'elle était en train de développer une maladie grave. Elle ne parvenait plus à s'habiller, écrire, lire, manipuler le téléphone, les boutons en tout genre, mettre les chaussures pied droit avec chaussure droite… Bref, les symptômes du syndrome de Benson*.

Madame aimait sortir avec son mari au restaurant tous les dimanches midi. Elle disait volontiers : “J'aime bien aller avec Monsieur au restaurant, mais quand je vois tous les couverts et que je ne peux pas m'en servir, plus y en a, moins y en a dans mon cerveau.”

Ce plaisir-là fut très vite réduit : son mari devait lui donner à manger. Au restaurant, il expliquait au serveur que son épouse étant devenue aveugle, il souhaitait une table protégée des regards d'autrui pour lui permettre de lui couper son repas en petits morceaux et lui donner à manger sans être vu.

Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

centre(s) d’intérêt
Neurologie