Dossier

Dysphorie de genre : la place du psychiatre ou pédopsychiatre et du psychologue

Mis en ligne le

Mis à jour le 18/09/2017

Auteurs : Sébastien Machefaux

  • Selon la cinquième et dernière version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), la dénomination choisie est “dysphorie de genre”.
  • Le premier temps pour le psychiatre est celui de l'évaluation globale, qui permet de confirmer le diagnostic en éliminant un éventuel diagnostic différentiel, d'identifier des facteurs de bon et de mauvais pronostic et d'éliminer de possibles contre-indications à la réassignation hormono-chirurgicale.
  • Psychiatre et psychologue poursuivent leur accompagnement au cours des transformations hormonales et chirurgicales et parfois encore après la réassignation sexuelle, même si le suivi n'a plus alors de caractère obligatoire.
Liens d'interêts

L’auteur n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Dr Sebastien MACHEFAUX

Médecin
Psychiatrie
Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie,
Pédiatrie,
Psychiatrie
Mots-clés