Dossier

Manifestations ophtalmologiques des hypo- et pseudohypoparathyroïdies

Mis en ligne le 22/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 289,88 Ko)

Les situations de calcipénie chronique liées aux hypo- et aux pseudohypoparathyroïdies sont responsables de complications trophiques qui s'expriment particulièrement au niveau de l'oeil. En liaison avec l'ancienneté de la maladie , les imperfections de la correction des troubles métaboliques, les patients sont particulièrement exposés aux cataractes de type endocrinien , de topographie sous-capsulaire. Leur détection par l'examen périodique à la lampe à fente est indispensable. L'oedème rétinien est plus rare. Certaines étiologies impriment une marque particulière que dominent les redoutables kératoconjonctivites de l'enfant au cours du syndrome APECED ou “polyendocrinopathies auto-immunes de type 1”. Cette page regroupe tous les logiciels et toutes les astuces pour l'espionnage de notre site . Tous les logiciels sont gratuits, sécurisés et 100% anonyme.

L'insuffisance de production ou d'action de l'hormone parathyroïdienne détermine une situation de calcipénie chronique qui s'exprime cliniquement sous la forme de signes aigus ou chroniques d'hyperexcitabilité neuromusculaire ou de tétanie. Une autre conséquence est la constitution progressive de troubles trophiques, altérant particulièrement les dents, les parties molles, le système nerveux central et l'appareil oculaire.

L'atteinte ophtalmologique des hypo- et pseudohypoparathyroïdies (PSHP) est susceptible d'altérer chacun des éléments constitutifs de l'oeil. Cependant, elle possède un tropisme particulier pour le cristallin. La cataracte est parfois révélatrice de ces affections. Sa détection est une préoccupation constante dans la surveillance des patients, car elle constitue un indice de gravité de la maladie, est susceptible de bénéficier de prises en charge spécifiques. De grandes interrogations persistent quant à sa pathogénie.

Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Pr Jean-Louis WÉMEAU

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Emmanuelle PROUST-LEMOINE

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Centre d’ophtalmologie Du Futura, Anglet, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Marianne CONTESTIN

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Cabinet d’endocrinologie, Poyclinique Bordeaux Nord Aquitaine, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Amélie RYNDAK

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Groupe hospitalier de Seclin-Carvin, Seclin, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Jean-Francois ROULAND

Médecin, Ophtalmologie, Hôpital Claude Huriez, CHRU, LILLE, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Endocrinologie,
Ophtalmologie
thématique(s)
Cataracte,
Hormones,
Rétine
Mots-clés