Dossier

Nodules thyroïdiens : comment mieux évaluer le risque de malignité ?

Mis en ligne le 31/10/2019

Auteurs : C. Do Cao, M. Ladsous

  • Dans 90 à 95 % des cas, les nodules thyroïdiens sont bénins, ne nécessitant qu'une simple surveillance. L'échographie et l'étude cytologique de nodules sélectionnés, formalisées selon les classifications respectives EU-TIRADS (European-Thyroid Imaging Reporting and Data System) et Bethesda, permettent d'évaluer le risque de malignité, d'adapter la surveillance clinique, échographique et les modalités de chirurgie. Devant des résultats cytologiques ininterprétables (classés Bethesda I), ou indéterminés (Bethesda III et IV) se discute l'intérêt de la réévaluation et de la surveillance, la réalisation d'examens dits de “seconde intention”, comme l'élastographie ou les scintigraphies ainsi que l'étude des marqueurs moléculaires sur le produit de cytoponction, si leur rapport coût/efficacité s'améliore.
Liens d'interêts

C. Do Cao déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

M. Ladsous déclare avoir des liens d’intérêts avec Merck.

auteur
Dr Christine DO CAO

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Clinique d’endocrinologie, CHRU, Lille
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
Mots-clés