Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Les tachykinines placentaires responsables des nausées gravidiques

Mis en ligne le 11/03/2018

Mis à jour le 18/03/2018

Auteurs : Estelle Louiset

Télécharger le pdf (pdf / 79,31 Ko)

Les tachykinines constituent une famille de peptides incluant la substance P, les neurokinines (NK) A et B, l'endokinine et l'hémokinine. Elles se lient à 3 récepteurs (NKR1 à 3) qui présentent des affinités différentes pour chacun des peptides. La substance P exerce un effet émétisant en activant le récepteur NKR1 au niveau de l'area postrema. Ce récepteur NK1 est la cible d'un antagoniste, l'aprépitant, utilisé contre les nausées et vomissements induits par les chimiothérapies. La neuro­kinine B régule l'axe gonadotrope par l'intermédiaire du NKR3. Dans la circulation sanguine, les tachykinines sont dégradées par des endopeptidases, ce qui réduit leur demi-vie à environ 10 mn. Lowry et Woods ont rapporté que le placenta produit de grandes quantités de neuro­kinine B et d'endokinine qui favorisent le développement de la vascularisation utérine et placentaire (1). Ces peptides placentaires subissent une maturation post-traductionnelle ­particulière par ajout de phosphocholine. Cette forme moléculaire permet aux peptides de se combiner à la protéine C réactive circulante, ce qui les protège des dégradations par les endopeptidases et augmente leur demi-vie de 19 heures. L'élévation du taux circulant de neurokinine B et d'endokinine qui en résulte renforce leurs effets vasculaires bénéfiques mais permet également leur ­liaison au récepteur de moindre affinité, le NKR1, en particulier au niveau de l'area postrema. La forte production de tachy­kinines placentaires à demi-vie longue permet d'expliquer les nausées et vomissements de la grossesse, ainsi que l'hyperémèse gravidique.

Références

• Lowry P, Woods R. The placenta controls the physiology of pregnancy by increasing the half-life in blood and receptor activity of its secreted peptide hormones. J Mol Endocrinol 2018;60:R23-30.

Liens d'interêts

L'auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Estelle LOUISET
Dr Estelle LOUISET

Inserm U1239, Normandie Université, UNIROUEN, Rouen
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
thématique(s)
Hormones
Mots-clés