Editorial

Le monocyte dans tous ses états

Mis en ligne le 30/04/2020

Auteurs : Dr Raphaël Itzykson

Lire l'article complet (pdf / 58,65 Ko)

Bien que l'étude de la cellule souche hématopoïétique ait retenu l'attention, au demeurant fort justifiée, de nombreux chercheurs au cours de la dernière décennie, la compréhension de la différenciation “terminale” des cellules hématopoïétiques n'en demeure pas moins un enjeu pour mieux diagnostiquer et prendre en charge les hémopathies… et, au-delà : maladies inflammatoires, auto-immunes, athéro­sclérose. Nos bons globules sont sur tous les fronts !

Dans ce nouveau dossier, c'est sur les monocytes que nous avons choisi de braquer les projecteurs.

Ils sont les cellules plastiques par excellence, et Éric Solary nous présente les importantes avancées dans la compréhension de leur ontogénie et de leur capacité de différenciation, bousculant au passage quelques “poncifs” de la discipline. Orianne Wagner-Ballon, Sihem Tarfi et Dorothée Selimoglu-Buet nous décrivent ensuite la place du laboratoire d'hématologie dans la démarche diagnostique devant une monocytose, en nous exposant les dernières avancées obtenues par leur équipe de recherche dans la mise au point d'outils de cytométrie en flux dans ce contexte. Véronique Gelsi-Boyer, Marie-Anne Hospital et Anne-Sophie Alary nous présentent l'état de l'art du diagnostic et de la prise en charge des leucémies myélomonocytaires chroniques. En parallèle, Marion Strullu illustre la façon dont la génétique a permis de mieux stratifier la prise en charge des leucémies myélomonocytaires juvéniles.

Au détour de ces revues est confirmé ce que l'on redoutait : ces hémopathies malignes au pronostic péjoratif, pourtant éminemment “monocytaires”, sont bien des pathologies… de la cellule souche hématopoïétique ! Enfin, Fleur Cohen et Julien Haroche illustrent les pathologies d'une cellule proche du monocyte, l'histiocyte, par le prisme de la maladie d'Erdheim-Chester. Cette histiocytose, dont le caractère clonal est désormais fermement établi, se caractérise, tout comme les leucémies myélomonocytaires chroniques et juvéniles, par une activation fréquente de la voie RAS, ce qui ouvre la voie des thérapies ciblées dans les maladies “autour du monocyte”.

Bonne lecture à toutes et tous.

Liens d'interêts

R. Itzykson n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Pr Raphaël ITZYKSON
Pr Raphaël ITZYKSON

Médecin
Hématologie
Hôpital Saint-Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie