Dossier

Analyse automatisée d'images d'hybridation in situ en fluorescence (FISH)

Mis en ligne le 29/03/2019

Auteurs : C. Franchet, C. Laurent

  • L'hybridation in situ en fluorescence (FISH) est devenue une technique incontournable de la pathologie moderne. L'essor de la pathologie digitale et de la numérisation des lames histologiques permet d'envisager le traitement et l'analyse automatisée des images de FISH. Nous décrirons ici les étapes classiques de l'analyse automatisée d'images de FISH : segmentation nucléaire, segmentation des signaux d'hybridation, labellisation des objets puis classification. Nous verrons ensuite au travers de 2 types de FISH, utilisant des sondes de break-apart et d'amplification, quelle place pourrait prendre l'analyse automatisée des images de FISH dans notre pratique : de l'assistance au diagnostic à l'émergence de nouveaux biomarqueurs.
Liens d'interêts

C. Franchet et C. Laurent déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Camille FRANCHET

Interne, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut universitaire du cancer de Toulouse-Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Camille LAURENT

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut universitaire du cancer, CHU, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés