Dossier

HER3 : la puissance en couple

Mis en ligne le 23/09/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 3,84 Mo)
» HER3 (Human Epidermal growth factor Receptor 3) est un récepteur membranaire exprimé principalement dans les cellules épithéliales. Il n'exerce une activité de kinase significative qu'en association avec un autre récepteur, le plus souvent avec l'un des membres de la famille HER. L'intérêt pour cette molécule a nettement augmenté durant ces dernières années, car il a été démontré que HER3 jouait un rôle important dans la résistance des cancers épithéliaux à plusieurs agents anticancéreux. La surexpression, l'association avec les autres récepteurs et, en conséquence, l'hyperactivation de HER3 sont rapidement induites après l'exposition des cellules cancéreuses aux inhibiteurs/bloquants d'EGFR/HER1 et/ou HER2. Cela engendre l'hyperactivation de l'axe PI3K/Akt/mTOR et la stimulation de la prolifération, de l'invasion et de la migration cellulaire, ce qui représente un moyen puissant d'échappement tumoral au traitement.
» La découverte de ce que les “gouverneurs oncogéniques” les plus puissants ne sont pas les récepteurs seuls, mais leurs dimères avec HER3 a conduit à reconsidérer l'approche théranostique et thérapeutique aux membres de la famille HER. Désormais, et surtout dans le cas de HER3, les cibles thérapeutiques et les biomarqueurs sont plutôt les dimères ou même les complexes multimoléculaires contenant HER3 que HER3 seul. Plusieurs anticorps ciblant HER3 et les couples qu'il forme avec les autres récepteurs sont en développement préclinique et clinique, avec des résultats prometteurs.
» Dans le domaine théranostique, il n'existe pas encore de biomarqueur validé de l'hyperactivité de HER3. Les tests biochimiques, immunohistochimiques, génomiques ou l'imagerie in vitro ou in vivo ont démontré une certaine capacité à indiquer le niveau de l'activité de HER3 et ses conséquences pour la réponse au traitement et/ou la survie des patients atteints de cancers. Néanmoins, il reste encore beaucoup de travail à faire pour améliorer les techniques et les valider dans des essais cliniques prospectifs.
» Nous présentons dans cette revue une synthèse des connaissances actuelles sur le mode d'action de HER3 ainsi que les dernières avancées concernant les agents le ciblant et les possibles tests à valeur théranostique.
auteurs
Dr Nina RADOSEVIC-ROBIN

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Xavier DURANDO

Médecin, Oncologie, Centre Jean Perrin, Clermont Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie générale
thématique(s)
Radiothérapie
Mots-clés