Editorial

Quoi de neuf dans les lymphomes ?

Mis en ligne le 31/12/2019

Auteurs : M.C. Béné et P. Gaulard

Lire l'article complet (pdf / 862,33 Ko)

Voici une coédition originale de Correspondances en Onco-Hématologie et Correspondances en Onco-Théranostic, qui mérite quelques explications thématiques.

Tout d'abord, comme l'annonce la une, elle est consacrée aux nouveautés sur le lymphome. Elle a donc été conçue à deux, par Philippe Gaulard et Marie-Christine Béné, en tentant de sélectionner des thématiques d'actualité. Cinq auteurs, souvent en binôme, ont accepté de rédiger des articles qui, nous l'espérons, fourniront un kaléidoscope pertinent de l'état de l'art 2019.

Commençons par une définition moléculaire des lymphomes, qu'abordent Estelle Chelli et Pierre Sujobert. Après un rappel de ce qu'est un séquençage, ils explorent les performances et l'apport des techniques actuelles de séquençage haut débit. Ils replacent judicieusement cet examen dans le cadre d'un diagnostic intégré, en complément d'autres analyses parfois non conclusives. Ils insistent aussi sur la nécessité de ne prescrire cet examen, en dehors du diagnostic, qu'en support d'une décision thérapeutique. Puis, Gilles Crochet et Marc André nous invitent à prolonger cette réflexion diagnostique avec une revue des techniques dites “non invasives”, mettant à profit l'étude du sang, du plasma ou des fluides biologiques, regroupées sous le terme générique de “biopsies liquides”. Cette description technologique est suivie de ses applications dans le diagnostic, le pronostic et le suivi des patients atteints de lymphome.

Après ces premiers articles savamment orchestrés mettant en place les techniques de séquençage, plongeons dans la jungle des modifications moléculaires, couramment appelées “mutations” mais que les puristes préfèrent maintenant désigner sous le terme de “variants”, tant il reste difficile d'être certain de modifications de cause à effet, pour les appliquer à 2 catégories de lymphomes agressifs. Ce voyage nous emmène avec Alexis Gonon et François Lemonnier, dans l'univers complexe des lymphomes T périphériques d'origine “T-helper-folliculaires” (TFH), où une cellule progénitrice, à l'occasion d'un premier « hit » épigénétique puis d'évènements secondaires touchant des voies de signalisation, oriente sa différenciation en lymphocyte TFH et se transforme en cellule TFH tumorale. Cette dissection moléculaire fournit l'espoir de pistes thérapeutiques innovantes.

En miroir, Fabrice Jardin nous propose l'état de l'art actuel de la classification moléculaire des lymphomes B. Qu'arrive-t-il soudain à la sacro-sainte dichotomie “GC-non GC” ? Que sont ces nouveaux sous-groupes qui vont peut-être changer notre vocabulaire ? Comment cela va-t-il modifier notre évaluation pronostique pour les patients au diagnostic ? Des éléments de réponse sont proposés quant à la transposabilité de ces ouvertures dans la pratique courante. Fabrice Jardin cultive enfin le suspense en entrouvrant une nouvelle porte, inattendue mais finalement très logique.

Enfin, comment parler des lymphomes en 2019 sans évoquer l'espoir énorme apporté par la stratégie audacieuse des CAR-T cells. Amira Marouf et Gilles Salles nous parlent de cette nouvelle “carte”, à jouer sans doute dans des situations qui restent à bien préciser, pour optimiser les bénéfices de cette technologie. Après un rappel des fondements immunologiques et de l'évolution des “générations” de CAR-T cells, un panorama riche et exhaustif est brossé de ce domaine en pleine expansion.

Bonne lecture, et très belles fêtes de fin d'année !

auteurs
Pr Philippe GAULARD

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Hôpital Henri Mondor, AP-HP, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie hématologie