Dossier

Stratégies de testing moléculaire des cancers du sein : BRCA1/2 et PIK3CA

Mis en ligne le 31/03/2020

Auteurs : J. Lehmann-Che, B. Poirot

  • Malgré un décryptage moléculaire datant des années 2000, les cancers du sein ont, jusqu'à présent, assez peu bénéficié de la recherche de biomarqueurs moléculaires, à l'exclusion de l'expression des récepteurs hormonaux et de l'amplification de HER2. Actuellement, différents biomarqueurs prédictifs rentrent dans les recommandations de la prise en charge de routine. Ainsi, la détection de mutations pathogènes des gènes BRCA1 et 2 sont nécessaires à la mise sous traitement par inhibiteurs de PARP et la détection de mutations activatrices de PIK3CA pour la mise sous inhibiteurs sélectifs de PI3K. Compte tenu de la prévalence des cancers du sein, ces analyses moléculaires, même réservées pour le moment au stade métastatique, vont impacter l'activité de testing et questionnent les stratégies notamment l'articulation de la génétique tumorale et constitutionnelle. Mais certains sous-types de cancer du sein, sans ciblage actuel ou en échec avec les traitements standards, vont pouvoir bénéficier de nouveaux traitements ciblés sur leur anomalie moléculaire.
Liens d'interêts

J. Lehmann-Che et B. Poirot déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie sénologie
thématique(s)
Cancer du sein
Mots-clés