Dossier

CBNPC localement avancés : quelle chimiothérapie ?

Mis en ligne le 31/03/2022

Auteurs : P. Fournel

  • L'association concomitante de la chimiothérapie et de la radiothérapie est aujourd'hui le traitement de référence des CBNPC de stade III localement avancés non résécables.
  • Elle n'est possible que chez les patients en bon état général (PS = 0 ou 1), présentant peu de comorbidités et plutôt d'âge inférieur à 75 ans.
  • Il est nécessaire de réaliser une chimiothérapie à doses potentiellement cytotoxiques, comportant un sel de platine. Les schémas à base de cisplatine (2 à 3 cycles) ne semblent pas supérieurs au schéma par carboplatine-paclitaxel hebdomadaire (6 à 7 cycles).
  • L'intérêt d'une chimiothérapie d'induction ou de consolidation n'est pas démontré.
  • L'arrivée de l'immunothérapie de consolidation par durvalumab a modifié de façon importante le pronostic de ces patients. L'intégration de l'immunothérapie en induction et/ou pendant la phase de chimioradiothérapie risque de modifier les stratégies thérapeutiques dans un avenir proche.
Liens d'interêts

P. Fournel déclare ne pas avoir de liens d’intérêts enrelation avec l’article.

auteur
Pr Pierre FOURNEL
Pr Pierre FOURNEL

Médecin
Radiothérapie
Institut de cancérologie Lucien-Neuwirth, Saint-Étienne
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie thoracique
thématique(s)
CBNPC localement avancé
Mots-clés