Dossier

Les lésions mésothéliales

Mis en ligne le 10/12/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 455,36 Ko)
Les tumeurs de la vaginale testiculaire représentent moins de 5 % de l’ensemble des tumeurs testiculaires. La tumeur adénomatoïde, autrefois appelée mésothéliome bénin, est la tumeur la plus fréquente des annexes testiculaires (environ 30 % de l’ensemble des tumeurs paratesticulaires et 60 % des tumeurs paratesticulaires bénignes). Cette tumeur survient chez l’homme âgé de 18 à 79 ans, avec un pic de fréquence entre 30 et 50 ans. Elle siège le plus souvent au niveau de la tête de l’épididyme, mais peut intéresser l’albuginée, la vaginale testiculaire ou le cordon spermatique. Plus rarement, elle peut infiltrer le testicule. Sa découverte est habituellement fortuite, à la palpation. Il s’agit d’une lésion bénigne, dont le traitement est une exérèse conservatrice simple, parfois aidée par un examen extemporané, à condition que le chirurgien confirme qu’il s’agit d’un nodule paratesticulaire. Les diagnostics différentiels reposent sur l’histologie : adénocarcinomes métastatiques, mésothéliome malin, tumeur vasculaire, tumeur vitelline, tumeurs des cordons sexuels et, de façon plus anecdotique, liposarcome et léiomyome.
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale