Dossier

Aide médicamenteuse à l'arrêt du tabac par varénicline : facteurs associés à l'abstinence de plus de 6 mois

Mis en ligne le

Mis à jour le 07/07/2017

Auteurs : N. Lajzerowicz, F. Pradet, M. Brault, F. Serre, M. Fatseas, J. Dubernet, M. Auriacombe, P. Castera

  • La varénicline est une molécule validée pour l'aide à l'arrêt du tabac. Notre objectif était de rechercher les facteurs socioprofessionnels, pathologiques, anamnestiques ou motivationnels susceptibles d'influencer son efficacité, définie par l'obtention d'une abstinence continue au tabac de 6 mois ainsi que par la tolérance de cette molécule. Cette étude rétrospective a été menée à partir des dossiers de la consultation de tabacologie d'un hôpital de proximité, l'hôpital suburbain du Bouscat, à Bordeaux. L'analyse portait sur les patients ayant commencé le traitement par varénicline de 2011 à 2015 inclus. Pour déterminer les facteurs associés au succès thérapeutique, nous avons procédé à une analyse multivariée. Parmi les patients inclus (n = 266), 52,6 % ont pu s'arrêter de fumer de façon continue au moins 6 mois. Les facteurs associés à l'abstinence de plus de 6 mois dans la population per protocole (n = 231) étaient : un score de Fagerström < 7 (p = 0,001), l'absence de traitement antérieur par varénicline (p = 0,046), la durée plus longue de traitement (p < 0,001), l'absence de traitement antidépresseur (p = 0,020), le statut d'affection de longue durée (ALD) [p = 0,029], un délai plus court pour devenir abstinent (< 16 jours de traitement) [p = 0,017]. L'âge, le sexe et l'ancienneté du tabagisme n'étaient pas associés au succès. Concernant les événements indésirables, 24,5 % des fumeurs traités ont présenté un abattement de l'humeur, 3,4 %, un syndrome dépressif ayant nécessité un traitement, 36,6 %, des nausées, et 33,2 %, une insomnie. Ces événements ont nécessité l'adaptation des doses dans 40,3 % des cas, plus fréquemment chez les femmes. Ils n'ont pas d'incidence sur l'obtention d'une abstinence de plus de 6 mois.
Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Nathalie LAJZEROWICZ

Médecin, Addictologie / toxicomanies et alcoologie, Hôpital Suburbain, Bouscat, France

Contributions et liens d’intérêts
Mlle Fuschia SERRE

Autre professionnel de santé, Centre hospitalier Charles-Perrens, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Mélina FATSÉAS

Médecin, Psychiatrie, CHU, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Jacques DUBERNET

Médecin, Médecine générale, CHU, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Marc AURIACOMBE

Médecin, Addictologie / toxicomanies et alcoologie, Centre hospitalier Charles-Perrens, CHU, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Philippe CASTÉRA

Médecin, Médecine générale, Université de Bordeaux, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie
thématique(s)
Tabagisme
Mots-clés