Mise au point

Applications pour smartphone : quel intérêt en addictologie ?

Mis en ligne le 29/05/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 716,23 Ko)

Les conduites addictives sont des pathologies chroniques, caractérisées par des rechutes fréquentes et nécessitant des prises en charge au long cours. Bien que les approches thérapeutiques classiques individuelles et de groupe permettent une amélioration significative des troubles, le coût, le temps et les barrières géographiques peuvent limiter l'accès aux soins. Or, de nombreux patients rapportent des difficultés à gérer seuls leur craving et demandent des entretiens plus fréquents, voire un soutien quotidien. L'essor des nouvelles technologies, notamment la généralisation de l'utilisation des smartphones, amène à imaginer de nouveaux modes de prise en charge utilisant ces outils en réponse à ces besoins spécifiques. 

En effet, le smartphone est devenu, en quelques années, un outil essentiel, accompagnant l'usager au quotidien : 92 % des Français possèdent un téléphone mobile, 58 % un smartphone. De nombreuses applications ont été réalisées dans le domaine de la santé : le volume mondial des applications mobiles santé est passé de 6 000 en 2010 à 100 000 en 2013 (3) ! Dans la prise en charge des addictions, elles présentent un certain nombre d'avantages : accessibilité (7 jours sur 7, 24 heures sur 24), anonymat (peut aider à limiter la stigmatisation), facilité d'accès aux soins et faible coût. Il faut souligner que ces outils ne se substituent pas aux dispositifs de soins habituels mais doivent être considérés comme une approche complémentaire.

L'équipe du Dr Xavier Laqueille (service d'addictologie Moreau-de-Tours, centre hospitalier Sainte-Anne) a conçu une application smartphone, PHOENIX, destinée aux consommateurs. Ce projet a été récompensé par le jury comme “Meilleur projet traitement”, lors du Challenge Innovation New Health 2016, associant des développeurs et designers d'HETIC (Hautes Études des technologies de l'information et de la communication), la grande école de l'internet de Montreuil.

Dans une revue systématique, M. Savic et al. ont étudié les caractéristiques de 87 applications smartphone utilisées dans la prise en charge des conduites addictives, en recherchant l'ensemble des applications disponibles sur Google Play Store , un des plus grands sites de téléchargement d'applications. Elles étaient toutes −àl'exception d'une seule !−, produites aux États-Unis. Ces auteurs ont mis en évidence 4 grandes fonctions disponibles dans ces applications : mise à disposition d'informations psychoéducatives ; proposition de stratégies améliorant la motivation au changement : listes d'actions, méthodes de relaxation, activités plaisantes ; amélioration des relations sociales : localisation de groupes d'entraide, forums de discussion et autres communautés online, accès facilité aux personnes désignées comme “ressources” (soignants, amis, famille) ; accès personnalisé aux progrès réalisés : statistiques et graphiques des données personnelles, récompenses virtuelles.

auteurs
Dr Chloé LUCET

Médecin, Psychiatrie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Anne-Victoire ROUSSELET

Médecin, Psychiatrie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Mme Anne CHASSAGNOUX

Autre, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Xavier LAQUEILLE

Médecin, Psychiatrie, Chef de service d ’addictologie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Alain DERVAUX

Médecin, Psychiatrie, CHU Sud, Amiens, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie
Mots-clés