Dossier

Consommation d’alcool et hépatite C chronique

Mis en ligne le 21/06/2002

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 211,80 Ko)

Épidémiologie du virus de l’hépatite C chez les patients alcooliques Dès le début des années 1990, les études épidémiologiques montraient à l’évidence une interaction entre hépatite C et consommation d’alcool. Avec les tests ELISA de seconde génération, la séroprévalence du virus de l’hépatite chronique C (VHC) chez les patients alcooliques était de l’ordre de 10 à 14 % (1), soit des chiffres largement supérieurs à ceux de la population de référence habituellement autour de 1 %. Les chiffres sont encore plus impressionnants, de l’ordre de 30 %, si l’on considère le sous-groupe de patients ayant une atteinte hépatique sévère (2), et jusqu’à 79 % pour le carcinome hépatocellulaire sur cirrhose (3). Dans l’étude DIONYSOS, menée sur un large effectif de la population d’Italie du nord, la co-infection virale C chez les sujets alcooliques augmentait 10 fois l’incidence de la cirrhose (4). La toxicomanie constitue le principal facteur de contamination, la période du sevrage en opiacés est une période à risque pour la consommation d’alcool.

centre(s) d’intérêt
Addictologie,
Hépatologie,
Psychiatrie
thématique(s)
Alcoolo-dépendance,
Hépatite C
Mots-clés