Histoire/Événement

Développement de la consultation infirmière pour le sevrage tabagique dans l'exercice Asalée

Mis en ligne le 05/10/2018

Mis à jour le 15/10/2018

Auteurs : C. Fourneau

Télécharger le pdf (pdf / 146,06 Ko)

L'association Asalée (Action de santé libérale en équipe) est une organisation collaborative entre des infirmières de santé publique (IDSP) et des médecins généralistes. Depuis 2004, ce dispositif permet, grâce à des protocoles de coopération, de déléguer des actes ou des activités des médecins généralistes vers des infirmières. Des consultations infirmières dédiées et adaptées à chaque patient sont ainsi réalisées dans des cabinets de médecine générale. Les techniques d'entretien auxquelles les infirmières sont formées leur permettent d'intervenir dans les secteurs de la prévention, de l'éducation thérapeutique et d'éducation à la santé. Ce dispositif est particulièrement adapté à la prise en charge des usages de substances psychoactives, comme en témoigne ces consultations tabac réalisées par une infirmière Asalée dans la ville de Bignoux. Découvrez la mise en place de cette consultation dédiée aux fumeurs désireux d'arrêter, de la conceptualisation à la mise en place sur le terrain par le témoignage de Christelle Fourneau, IDSP référente du dispositif Asalée.

De la théorie…

L'association Asalée dans laquelle j'exerce mon activité d'infirmière, est une organisation collaborative entre des infirmières de santé publique et des médecins généralistes (1).

Soutenue par des ingénieurs en santé, la structuration de notre organisation de type holacratique, permet aux équipes de développer une politique en faveur de la promotion de la santé, telle que définie par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) en soutenant un “processus apportant aux individus et aux communautés la capacité d'accroître leur contrôle sur les déterminants de la santé et donc d'améliorer leur santé” (2-4).

Les champs d'activités des IDSP sont la prévention, l'éducation à la santé et l'éducation thérapeutique auprès de patients ayant des facteurs de risques, et/ou une maladie chronique tels que le diabète, l'hypertension, l'insuffisance cardiaque, etc. (5) [figure 1].

En collaboration avec les médecins, les IDSP réalisent des consultations infirmières dédiées (6, 7), dans les cabinets des médecins généralistes en utilisant différents types d'entretiens thérapeutiques, tels que l'entretien motivationnel, la relation d'aide, les entretiens éducatifs, etc. (8).

Depuis 2012, des actes dérogatoires sont réalisés dans le cadre de protocoles de coopérations, telle que la spirométrie pour le dépistage de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Face au fléau de santé publique que représente le tabagisme avec ses 78 000 morts par an (9, ­10),
la comorbidité et l'augmentation des inégalités sociales qu'il engendre, les équipes Asalée (médecins généralistes, infirmières, ingénieurs) ont mis en place une véritable “politique” en faveur d'actions d'éducation à la santé pour réduire le tabagisme.

Après le conseil minimal initié lors des consultations en faveur de la réflexion sur le tabagisme (11), la problématique résidait dans le fait que les infirmières étaient en difficultés pour répondre aux besoins des fumeurs qui abordaient ce sujet avec eux. Par manque de connaissances et de compétences, elles étaient en difficultés pour réaliser un accompagnement de qualité.

Depuis 2016 à partir des besoins des patients, des équipes médecin généraliste/IDSP − un comité de pilotage constitué d'infirmières expertes en tabacologie, de médecins généralistes et d'ingénieurs − ont déployé un protocole pour répondre aux besoins :

  • des personnes qui souhaitent arrêter de fumer ;
  • des infirmières qui sont en difficultés pour répondre à la demande des patients ;
  • des médecins qui n'ont pas le temps de mettre en place cet accompagnement spécifique.

Plusieurs facteurs ont contribué à la mise en place de cet accompagnement par les équipes :

  • au niveau macro, les directives internationales et nationales, les recommandations de la Haute Autorité de Santé, les plans nationaux, le moi(s) sans tabac, etc.
  • au niveau méso, soit au niveau de l'institution Asalée, une volonté du conseil d'administration, un accueil favorable et un soutien important ;
  • au niveau micro, une demande des fumeurs de les aider à arrêter de fumer, ou à réduire leur consommation, et des professionnels de santé de développer leurs compétences professionnelles et collaboratives.

L'ensemble de tous ces facteurs, en appui sur les recommandations de bonnes pratiques ont favorisé le développement de ce projet par les équipes (11-13).

… à la pratique

Deux infirmières expertes formées à la tabacologie, à la méthodologie de projet, à l'entretien motivationnel ont élaboré une formation en s'appuyant sur le modèle socioconstructivisme des activités de l'infirmière (8, 14). En s'appuyant sur les connaissances déjà en lien avec leurs activités, la formation animée par les infirmières expertes ont permis aux IDSP de réfléchir à leur représentation du tabagisme, leur pratique et de s'approprier les connaissances supplémentaires spécifiques à l'addiction et la tabacologie.

Ouverte au début aux infirmières, les médecins sont venus peu à peu participer aux formations. Devant l'ampleur du déploiement de la formation (200 infirmières formées en six mois), une équipe de référents infirmières en sevrage tabagique est venue renforcer l'équipe. Depuis mai 2018, toutes les infirmières ont la possibilité de recevoir une formation adaptée et pratiquent des consultations en sevrage tabagique.

Une étude est en cours sur l'impact des consultations infirmières (440 consultations) sur l'arrêt du tabac à 3 mois, réalisée par une interne de médecine sur le Poitou-Charentes. En juillet 2017, 32 % des personnes ont arrêté de fumer dans les 6 mois après l'accompagnement proposé, et 38 % ont diminué de façon significative.

Une dynamique de formation s'est aussi révélée et s'est mis en place auprès des infirmières investies en tant que référents pour approfondir leurs compétences en réalisant des diplômes universitaires et des travaux de recherche.

Sur le terrain !

Une infirmière déléguée à la santé publique, IDSP, appelée “infirmière Asalée”, travaille à temps plein en collaboration avec 5 médecins généralistes au sein du cabinet du médecin.

L'infirmière est salariée de l'association Asalée. Un contrat est établi entre l'association, qui représente l'infirmière, le médecin et l'ARS dans le cadre des protocoles de dérogations.

La collaboration médecin-infirmière se construit sur la base du volontariat et de l'intention portée au “travail en équipe”.

Dans le cadre du sevrage tabagique, les patients ont accès aux consultations infirmières :

  • soit par le médecin généraliste qui oriente la personne vers l'infirmière Asalée. Un rendez-vous pour une consultation dédiée est convenue ;
  • soit au cours de la consultation infirmière pour un autre motif, l'IDSP va ouvrir le dialogue sur le tabagisme, et selon le stade motivationnel du patient va l'aider à cheminer dans sa réflexion sur sa consommation de tabac.

Les consultations des infirmières dédiées à la tabacologie sont basées sur :

  • l'évaluation des dépendances ;
  • l'entretien motivationnel de Miller et Rollnick (15) et les stades motivationnels de Prochaska et DiClemente (16) ;
  • la prescription des substituts nicotiniques (17, 18).

Le rythme du patient est respecté : les rendez-vous de suivi sont proposés à la demande du patient, pour évaluer au plus vite et au plus juste ses besoins (7 jours, 15 jours, 1mois, etc.). Les consultations IDSP sont gratuites pour tous les patients.

Conclusion

Répondre à une nécessité de santé publique, dans le cadre de la promotion de la santé, nécessite de partir des besoins des personnes, des communautés, des professionnels, de ce qu'ils savent et de ce qu'ils souhaitent.

Travailler autour des représentations, apporter des connaissances nouvelles, créer du lien et du soutien, faciliter les partenariats entre les différentes institutions et entité pour ouvrir à la complémentarité, est nécessaire pour mettre un tel projet en place. Les freins que nous avons rencontrés sont les représentations négatives, les peurs (manque de temps, de légitimité, etc.) de la part des professionnels eux-mêmes pour mettre en place cet accompagnement.

Les facteurs facilitant celui-ci sont d'avoir une expertise, de se sentir légitime à porter un projet, un environnement favorable, du soutien au niveau de son institution et des pouvoirs publics. Enfin la volonté de travailler ensemble est le moteur le plus puissant de ce dispositif !


FIGURES

Références

1. Ministère des affaires sociales et de la santé. Instruction n° DSS/SD1B/2015/151 du 29 avril 2015 relative au déploiement du protocole de coopération Asalée dans le cadre de la procédure dérogatoire du “collège des financeurs”. 2015.

2. OMS. Les soins de santé primaires maintenant plus que jamais. Genève: OMS; 2008:16.

3. OMS. Charte d’Ottawa [Internet]. Disponible sur: http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0003/129675/Ottawa_Charter_F.pdf?ua=1

4. Bourgueil Y, Marek A, Mousquès J. Trois modèles types d’organisation des soins primaires en Europe, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. IRDES 2009;n°141:6p.

5. Ministère de la santé et des sports. Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’état d’infirmier.

6. Jouteau-Neves C, Lecointre B, Malaquin-Pavan B. La consultation infirmière. Paris : Lamarre, 2014.

7. ROY O, Champagne J, Michaud C. Art : la compétence de consultation : Roy Odette, Champagne Jocelyne, Michaud cécile, l’infirmière du Quebec, juillet/aout 2003. Infirm Quebec. juill 2003; Disponible sur: http://www.anfiide-gic-repasi.com/wp-content/uploads/2014/07/La-comp%C3%A9tence-de-consultations-infirm_quebec_39_44.pdf

8. Messmer-Al Abed N. Promotion de la santé et formation infirmière, quels défis? Cas de l’infirmière dans une haute école de santé (HES) Suisse. ARSI 2011;(106):120‑9.

9. INCA. Plan Cancer 2014-2019. 3e rapport au président de la république. 2017 févr.

10. Ministère des affaires sociales et de la santé. Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019. Rapport annuel 2016.

11. HAS. Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l’abstinence en premier recours. Haute Autorité de Santé, 2014 oct.

12. Poitras M.È, Chouinard M-C, Fortin M, Girard A, Gallagher F. Les activités des infirmières œuvrant en soins de première ligne auprès des personnes atteintes de maladies chroniques : une revue systématique de la littérature. Rech Soins Infirm 2016;126:24‑37.13. RNAO. La cessation du tabagisme : intégration dans la pratique quotidienne des soins infirmiers. 2007: Registered Nurse’s Association of Ontario.

14. Hardy A-F, Eneau J, Nagels M. Développement professionnel infirmier en promotion de la santé. Rech Soins Infirm 13 oct 2014 [cité 31 mars 2017];n° 118(3):75‑84. Disponible sur: https://www-cairn-info.etna.bib.uvsq.fr/resume.php?ID_ARTICLE=RSI_118_0075

15. Miller WR. Motivational interviewing: research, practice, and puzzles. Addict Behav 1996;21:835‑42.

16. Prochaska, J.O. and DiClemente, C.C. The Transtheoretical Approach: Crossing Traditional Boundaries of Therapy. Dow Jones Irwin, Homewood, IL. 1984

17. Site Ameli. https://www.ameli.fr/infirmier/actualites/remboursement-des-substituts-nicotiniques-plus-simple-plus-accessible-plus-pratique. 2018.

18. Site Ameli. https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/presciption-prise-charge/medicaments-et-dispositifs/prise-en-charge-sevrage-tabagique. 2018.

centre(s) d’intérêt
Addictologie,
Psychiatrie,
Médecine générale
thématique(s)
Tabagisme
Mots-clés