Mise au point

Dopage et conduites dopantes, une addiction ?

Mis en ligne le 02/01/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 394,59 Ko)

Chercher à accroître artificiellement ses performances et compétences par des conduites dopantes n'est pas un phénomène limité au milieu sportif. On le retrouve aussi dans certains milieux professionnels et universitaires, notamment sous la forme de pratiques de renforcement cognitif. Plusieurs aspects de ces conduites dopantes les rapprochent des addictions : similitudes cliniques, caractère sociétal, superposition partielle des substances utilisées, ou encore fréquence des comorbidités addictives. L'application des critères du DSM-5 du trouble d'usage de substance permet de souligner la composante addictive d'une partie des pratiques dopantes. Considérer ainsi certaines de ces conduites sous un angle addictologique pourrait en favoriser la prévention et les soins sous forme d'une prise en charge plus globale.

Liens d'interêts

L. Carton, N. Cabé et O. Cottencin n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Louise CARTON

Médecin, Psychiatrie, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
M Nicolas CABÉ

Interne, Psychiatrie, CHRU, Caen, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Olivier COTTENCIN

Médecin, Psychiatrie, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie,
Psychiatrie
thématique(s)
Toxicomanie
Mots-clés