Mise au point

La vitamine B1 dans l’alcoolodépendance

Mis en ligne le 10/10/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 196,22 Ko)

Les carences en thiamine (vitamine B1) sont fréquentes chez les patients alcoolodépendants : 30 à 80 % d’entre eux en présentent des signes cliniques ou biologiques. Un déséquilibre nutritionnel de 2 ou 3 semaines peut suffire pour entraîner un déficit en thiamine, induisant notamment des atteintes neurologiques, en particulier une encéphalopathie de Gayet-Wernicke, un syndrome de Korsakoff, des polyneuropathies périphériques, etc. (2). Quelle prophylaxie de ce déficit à adopter ?

Les troubles cognitifs chez les patients alcoolodépendants sont fréquents, mais sousdiagnostiqués et sous-traités. Ils justifient l’administration systématique de thiamine (vitamine B1).

Nous avons effectué une revue de la littérature par Medline des études évaluant l’efficacité de la thiamine dans les carences liées à l’alcoolodépendance et des recommandations à l’usage des cliniciens sur les dosages, les voies d’administration, la fréquence et les durées des traitements.

auteurs
Dr Xavier LAQUEILLE

Médecin, Psychiatrie, Chef de service d ’addictologie, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Alain DERVAUX

Médecin, Psychiatrie, CHU Sud, Amiens, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie
thématique(s)
Alcoolo-dépendance