Dossier

Actualisation de la survie globale à 5 ans sous dabrafénib + tramétinib dans les mélanomes non opérables ou métastatiques mutés BRAF V600

Mis en ligne le 25/07/2017

Auteurs : V. Descamps

Lire l'article complet (pdf / 257,74 Ko)

Contexte

La combinaison dabrafénib (anti-BRAF) et tramétinib (anti-MEK) est associée à une réponse clinique rapide et a amélioré le devenir de patients atteints d'un mélanome porteur de la mutation BRAF V600, mais les données d'efficacité et de tolérance au-delà de 3 ans sont limitées. Cette étude apporte des informations à 5 ans de traitement.

Méthode

Les patients traités de l'étude de phase II (bras C : BRF113220) étaient randomisés en 3 bras (1:1:1) pour recevoir soit le dabrafénib en monothérapie (150 mg × 2/j), soit l'association dabrafénib (150 mg × 2/j) + tramétinib (1 mg/j), soit l'association dabrafénib (150 mg × 2/j) + tramétinib (2 mg/j) [diapositive 1]. En cas de progression, les patients du bras monothérapie pouvaient passer dans le troisième bras. Les données d'efficacité et de tolérance à 4 et 5 ans étaient analysées pour le bras dabrafénib seul et les 2 bras de la combinaison.

Résultats

Les 3 bras étaient initialement composés de 54 patients chacun. À 5 ans, 45 patients (83 %) du bras dabrafénib seul étaient entre-temps passés dans le bras combinaison. Les pourcentages de patients décédés étaient alors de 80 % pour le bras dabrafénib, 70 % et 63 % pour les 2 bras dabrafénib + tramétinib (diapositive 2). Trente-cinq patients étaient encore inclus dans le suivi à 5 ans, dont seulement 7 dans le bras dabrafénib. La courbe de survie globale (SG) de la combinaison montrait un plateau avec une stabilisation : 30 % et 28 % à respectivement 4 et 5 ans. La survie sans progression (SSP) restait identique à 4 et à 5 ans (13 %). L'étude des sous-groupes montrait une SG meilleure pour les patients avec LDH normaux (45 %) et, pour ces patients, une survie encore meilleure si moins de 3 sites étaient atteints (51 %). En termes de tolérance, aucun nouveau signal d'effet indésirable n'était observé pour la combinaison.

Conclusion

Il s'agit de la plus longue durée de suivi de patients sous combinaison anti-BRAF et anti-MEK dans le cadre d'une étude. Les courbes de survie montrent l'amorce d'un plateau, avec une stabilité de la SG et de la SSP à 5 ans. Elles témoignent du fait que le bénéfice de cette combinaison est durable pour certains patients.

Commentaire

Ces résultats doivent être pondérés en raison du très faible nombre de patients toujours traités par thérapie ciblée à 5 ans : 4 % et 6 % dans les 2 bras de la combinaison, et 2 % (1 patient) dans le bras de la monothérapie dabrafénib (diapositive 2). Le plateau observé est donc difficile à interpréter sur un si faible effectif. De plus, la moitié des patients (54 % des patients pour le bras dabrafénib + tramétinib 150/2) recevaient ensuite d'autres traitements dont l'immunothérapie après arrêt des thérapies ciblées.


FIGURES

Références

Long GV et al. Five-year overall survival update from a phase II, open-label trial of dabrafenib and trametinib in patients with BRAF V600-mutant unresacable or metastatic melanoma. Congrès américain d’oncologie 2017, abstr. 9505.

Liens d'interêts

V. Descamps déclare avoir des liens d’intérêts avec BMS et Novartis.

auteur
Pr Vincent DESCAMPS
Pr Vincent DESCAMPS

Médecin
Dermatologie et vénéréologie
Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Dermatologie,
Oncologie dermatologie
thématique(s)
Mélanome,
Tumeurs
Mots-clés