Editorial

ASCO® 2021 virtuel : acte II

Mis en ligne le 30/06/2021

Auteurs : Dr Sandrine Monestier

Lire l'article complet (pdf / 171,71 Ko)

Comme l'an dernier, la communauté oncologique mondiale a pu bénéficier, sans se déplacer, des dernières actualités du congrès de l'ASCO®.

Concernant l'oncodermatologie, des données à long terme confirment la puissance de la combinaison d'immunothérapie ipilimumab (anti-CTLA-4) + nivolumab (anti-PD1) (abstract 9506), y compris dans les métastases cérébrales (abstract 9508), mais aussi sa toxicité comme facteur limitant principal. Réduire la dose d'ipilimumab permet de diminuer de 15 % la fréquence de la toxicité sévère de cette combinaison (abstract 9516), avec un maintien à long terme (3 ans) de la réponse et de la survie qui est encourageant, bien que l'étude ne permette pas statistiquement de comparer l'efficacité. Associer à l'anti-PD1 un autre inhibiteur de checkpoint, comme un anti-LAG-3 (rélatlimab), est incontestablement la stratégie la plus attendue cette année (abstract 9503). Cette nouvelle combinaison permet de doubler la survie sans progression par rapport au nivolumab seul chez des patients métastatiques en première ligne, au prix d'une toxicité sévère, évaluée à moins de 20 %, soit un taux bien inférieur à celui de la toxicité de l'ipilimumab + nivolumab (55-59 %). Ces résultats positifs de phase III ne vont pas manquer d'accélérer le développement de cette molécule, qui est également testée en néoadjuvant (abstract 9502) et en adjuvant. ( ... )

 

Liens d'interêts

S. Monestier déclare avoir des liens d’intérêts avec BMS, MSD, Pierre Fabre oncologie, Sanofi et Novartis.

auteur
Dr Sandrine MONESTIER
Dr Sandrine MONESTIER

Médecin
Dermatologie et vénéréologie
CHU de la Timone, AP-HM, Marseille
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Dermatologie
Mots-clés