Mise au point

Diagnostic et traitement du syndrome des ovaires polykystiques

Mis en ligne le 09/11/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 2,61 Mo)

Le syndrome des ovaires polykystiques est fréquent. Il associe des troubles endocriniens et métaboliques. Sa prévalence est estimée à 6 à 8 % chez les femmes en âge de procréer. Le dermatologue a un rôle majeur dans l'établissement du diagnostic de ce syndrome, dont la prise en charge est multidisciplinaire (dermatologue, gynécologue, endocrinologue).

Une patiente âgée de 40 ans consultait pour une acné et une alopécie diffuse, d'aggravation progressive. 

Elle présentait une diminution de la densité des cheveux prédominant au niveau du vertex. Le test de traction était négatif. Cette diminution de densité s'associait à une alopécie de traction frontotemporale, conséquence du port de tresses pendant de nombreuses années. La comparaison de la densité de la chevelure entre la région occipitale et le vertex confirmait un éclaircissement des cheveux sur le vertex avec persistance d'une bonne densité au niveau occipital. Le caractère crépu des cheveux permettait de masquer cette raréfaction.

auteurs
Pr Vincent DESCAMPS

Médecin, Dermatologie et vénéréologie, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
M Bruno MATARD

Médecin, Dermatologie et vénéréologie, croissy sur seine, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Dermatologie,
Endocrinologie,
Gynécologie et obstétrique
thématique(s)
Alopécie
Mots-clés