Dossier

Syndrome d'apnées du sommeil et diabète

Mis en ligne le 04/03/2018

Mis à jour le 19/03/2018

Auteurs : D. Martiano

Télécharger le pdf (pdf / 976,14 Ko)

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) est un trouble du sommeil chronique et une comorbidité fréquente chez les patients atteints de diabète de type 2. Sa prévalence dans la population générale est de l'ordre de 2 à 7 % et de 18 % après 50 ans. Il est défini par des épisodes d'apnées de plus de 10 secondes (> 5/h) ou d'hyp­opnées qui se traduisent par une diminution du flux respiratoire supérieure à 50 % avec désaturation en oxygène de plus de 4 % (index apnées/hypopnées [IAH] > 10/h) [1].

Les caractéristiques principales du SAOS, comprenant l'hypoxémie intermittente et la fragmentation du sommeil, ont été associées à un métabolisme anormal du glucose. Mais la relation entre le SAOS et le diabète semble plutôt de nature bidirectionnelle car la neuropathie diabétique peut également affecter le contrôle central de la respiration et les réflexes neuraux des voies aériennes supérieures, ce qui favoriserait une respiration désordonnée lors du sommeil et des troubles de la perfusion rétinienne.

Tant le diabète que le SAOS peuvent retentir sur la microvascularisation oculaire, engendrant chacun ses complications qui seraient d'autant plus fréquentes lorsque les 2 conditions sont réunies.

SAOS et complications oculaires

L'hypoxie et l'hypercapnie secondaires aux événements d'hypopnées durant le SAOS retentissent sur les besoins en oxygène de la rétine et de la choroïde. L'activation du système sympathique entraîne une dysfonction endothéliale rétinienne et des cascades inflammatoires responsables des complications oculaires suivantes : œdème papillaire bilatéral, neuropathie optique ischémique antérieure aiguë (NOIAA), occlusion veineuse rétinienne,­choriorétinite séreuse centrale chronique (CRSC), glaucome primitif à angle ouvert et glaucome à pression normale, floppy eyelid syndrome (2).

Les études d'imagerie récente ont également rapporté un amincissement choroïdien rétrofovéal, un amincissement nasal de l'épaisseur des fibres optiques, une décroissance de la densité vasculaire maculaire corrélée au stade de sévérité du SAOS (surtout en péripapillaire, qui précéderait l'amincissement des fibres optiques) [figure] (3).

Association du SAOS et de la rétinopathie diabétique ou de l'œdème maculaire diabétique

Selon une récente méta-analyse, le risque de développer un diabète lorsqu'on est atteint de SAOS est de 1,35, ce qui est, par exemple, supérieur au facteur de sédentarité (1,20) [1].

Parmi les patients atteints de SAOS, 15 à 30 % présenteraient un diabète de type 2.

En cas de SAOS sévère, la prévalence est plus élevée, et l'association avec un déséquilibre glycémique est également forte (augmentation de l'HbA1c de 0,5 à 0,8 %).

Les patients diabétiques sont souvent atteints de SAOS, même si celui-ci est sous-diagnostiqué. D'après de récentes études, entre 58 et 86 % des patients diabétiques depuis plus de 10 ans seraient atteints de SAOS (3). Il existe également une relation entre le SAOS et le diabète de type 1 ou encore le diabète gestationnel.

Les patients atteints de SAOS sont plus susceptibles de présenter des complications microvasculaires telles que la rétinopathie diabétique. Cependant, la rétinopathie étant souvent asymptomatique lors des premiers stades, il est important de rechercher un SAOS chez les patients identifiés comme à risque élevé.

Les patients qui présentent une association SAOS-­rétinopathie diabétique doivent impérativement bénéficier d'un traitement du SAOS pour prévenir la progression de la rétinopathie diabétique, et surtout pour réduire l'inci­dence des complications cardiovasculaires sévères (hypertension artérielle, coronaropathie, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral).

Le SAOS dans sa forme sévère serait significativement plus fréquent chez les patients atteints d'un œdème maculaire diabétique (OMD) [OR = 2,89 ; p = 0,001]. Comme dans la rétinopathie diabétique, l'apparition d'un OMD chez un patient atteint de SAOS semble être un critère de sévérité de ce dernier, car aucune relation n'a été retrouvée entre OMD et SAOS de grade inférieur ou présence d'hypopnées seules (4). Concernant les paramètres secondaires (index de désaturation en oxygène [IDO] et SpO2), leur lien avec la rétinopathie diabétique ou l'OMD n'est pas clairement établi.

Les patients atteints d'un SAOS sévère ont un risque de complications oculaires plus élevé que ceux atteints d'une forme légère ou modérée. À l'avenir, d'autres études établiront les liens entre SAOS sévère et OMD avec plus de précision.

Conclusion

Du fait de la fréquente association du SAOS et du diabète, il est important de dépister le SAOS chez les patients diabé­tiques et inversement, afin d'identifier les cas sévères et de réduire les risques de complications ­oculaires par microangiopathie et hypoxie.

Néanmoins, une récente étude de screening rapporte les difficultés à obtenir l'observance des patients diabétiques dans la démarche diagnostique et thérapeutique (par ventilation nocturne en pression positive) [5]. La collaboration en équipe pluridisciplinaire permettra d'asseoir davantage l'observance de nos patients.II


FIGURES

Références

1. Reutrakul S, Mokhlesi B. Obstructive sleep apnea and diabetes: a state of the art review. Chest 2017;152(5):1070-86.

2. Pedrotti E, Demasi CL, Bruni E et al. Prevalence and risk factors of eye diseases in adult patients with obstructive sleep apnoea: results from the SLE.E.P.Y cohort study. BMJ Open 2017;7(10):e016142.

3. Yu J, Xiao K, Huang J, Sun X, Jiang C. Reduced retinal vessel density in obstructive sleep apnea syndrome patients: an optical coherence tomography angiography study. Invest Ophthalmol Vis Sci 2017;58(9):3506-12.

4. Chang AC, Fox TP, Wang S, Wu AY. Relationship between obstructive sleep apnea and the presence and severity of diabetic retinopathy. Retina 2017. [Epub ahead of print]

5. Donovan LM, Rueschman M, Weng J et al. The effectiveness of an obstructive sleep apnea screening and treatment program in patients with type 2 diabetes. Diabetes Res Clin Pract 2017;134:145-52.

Liens d'interêts

D. Martiano déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
centre(s) d’intérêt
Ophtalmologie
thématique(s)
Diabète,
Rétine
Mots-clés