Editorial

Faut-il prescrire les inhibiteurs du cotransporteur sodium glucose (SGLTi) en première intention dans l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite ?

Mis en ligne le 31/03/2021

Auteurs : Pr Michel Komajda

Lire l'article complet (pdf / 85,95 Ko)

La publication en 2019 et 2020 de 2 grands essais cliniques utilisant un inhibiteur du cotransporteur de type 2 sodium glucose (SGLT2i) dans le traitement de l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite constitue une avancée majeure dans la prise en charge de cette pathologie, du fait du bénéfice conféré par la nouvelle classe par rapport au traitement conventionnel.

À première vue, la question de l'utilisation en première ligne de traitement de cette classe peut paraître saugrenue. En effet, les 2 études conduites avec les SGLT2i, DAPA-HF (dapagliflozine) et EMPEROR-Reduced (empagliflozine) ont inclus des patients ambulatoires porteurs d'une insuffisance cardiaque (IC) à fraction d'éjection réduite connue sur un traitement de fond optimal selon les recommandations actuelles, c'est-à-dire un traitement comportant un inhibiteur de l'enzyme de conversion, un sartan ou le sacubitril-valsartan, un bêtabloquant et, dans plus de 70 % des cas, un antagoniste des récepteurs minéralocorticoïdes. ( ... )

 

Liens d'interêts

M. Komajda déclare avoir des liens d’intérêts comme orateur, consultant ou membre de comités d’essais cliniques avec Novartis, AstraZeneca, Servier, Torrent, Sanofi, Boehringer Ingelheim, Amgen, Lilly, Bayer.

auteur
Pr Michel KOMAJDA
Pr Michel KOMAJDA

Médecin
Cardiologie et maladies vasculaires
CHU Pitié-Salpêtrière, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Cardiologie
thématique(s)
Insuffisance cardiaque