Mise au point

Le risque cardiovasculaire des diabétiques de type 1

Mis en ligne le 09/03/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 186,39 Ko)

Le risque cardiovasculaire des diabétiques de type 1 est en moyenne augmenté, mais la situation est hétérogène : sans atteinte rénale associée (microalbuminurie, protéinurie ou filtration abaissée), le surrisque est nul ou minime. Les facteurs de risque classiques sont d'autant plus pertinents que le contrôle glycémique est bon : un diabétique de type 1 équilibré et non compliqué, notamment sans néphropathie, ne diffère guère d'un individu de la population générale. Très peu d'essais ont été spécifiquement réalisés dans le diabète de type 1 ; les recommandations de prise en charge sont essentiellement extrapolées de celles concernant le type 2.

Le diabète est un facteur de risque cardiovasculaire reconnu de longue date. C'est une maladie dont la prévalence, déjà élevée, continue à progresser à un rythme soutenu (plus de 3 millions de diabétiques traités par médicament en France, une augmentation sur 10 ans de l'ordre de 25 %), et près d'un tiers des patients en unité de soins intensifs cardiologiques ou neurovasculaires sont diabétiques. Les sociétés savantes internationales − American Heart Association, American Diabetes Association et European Society of Cardiology − comme les institutions réglementaires françaises, en ont conscience, et des recommandations spécifiques ont été éditées. Cependant, elles valent essentiellement pour le diabète de type 2, de loin le plus commun (90 % des diabétiques), et qui combine à l'hyperglycémie presque systématiquement d'autres facteurs de risque, ce qui justifie qu'il focalise l'attention dans la perspective de réduire le fardeau cardiovasculaire associé au diabète en général. Les diabétiques de type 1, pour minoritaires qu'ils soient, sont tout de même entre 150 et 200 000 en France. Quel est leur risque cardiovasculaire ? Est-il plus légitime de leur extrapoler les recommandations établies pour les diabétiques de type 2 ou de rapprocher leur prise en charge de celle de la population tout-venant ?

auteurs
Pr Ronan ROUSSEL

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Hôpital Bichat, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Louis POTIER

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Hôpital Bichat, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Cardiologie,
Endocrinologie
thématique(s)
Diabète
Mots-clés