Dossier

Les cancers gynécologiques chez la patiente âgée

Mis en ligne le 26/02/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 640,51 Ko)
  • Dans le cancer de l'ovaire, la lourdeur de la chirurgie et la diminution avec l'âge des taux de résection complète font parfois préférer une chimiothérapie néo-adjuvante.
  • Les patientes vulnérables, identifiées grâce au score de vulnérabilité gériatrique, font l'objet d'une étude spécifique, EWOC-1, qui évalue 3 protocoles de carboplatine ± paclitaxel.
  • Le cancer de l'endomètre est une pathologie fréquente chez la patiente âgée, mais a peu fait l'objet d'études spécifiques. La place de la lymphadénectomie pelvienne, à risque de morbidité postopératoire, est discutée.
  • Le cancer du col intervient dans près de 20 % des cas après 70 ans. Une hystérectomie simple est préférée pour les petites tumeurs et une radiothérapie ± chimiothérapie pour les lésions localement évoluées.

Les tumeurs gynécologiques de la patiente âgée (plus de 70 ans) constituent des entités hétérogènes par leurs présentations cliniques oncologiques et gériatriques, qui exposent fréquemment à la proposition de thérapeutiques “non standard”, “adaptées” ou “exceptionnelles”. Mais leur fréquence – elles représentent 43 %, 48,7 % et 18,8 % respectivement des cancers de l'ovaire, de l'endomètre et du col – devrait conduire, à l'ère de la personnalisation des prises en charges, à l'identification de stratégies spécifiques, adaptées aux données de l'évaluation oncologique et du terrain gériatrique.

auteurs
Pr Claire FALANDRY

Médecin, Oncologie, Centre hospitalier Lyon Sud, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Manuel RODRIGUES

Médecin, Oncologie, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Naoual BAKRIN

Médecin, Gynécologie, Centre hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique,
Oncologie gynécologie
Mots-clés