Dossier

Diagnostic de la rupture des membranes

Mis en ligne le 16/10/2013

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,78 Mo)
»» Devant un écoulement typique d’origine endocervicale, de couleur claire et d’odeur fade, le clinicien peut affirmer le diagnostic de rupture des membranes et le recours à un test biologique est inutile.
»» Les tests biologiques sont utiles lorsque la situation est ambiguë (écoulement non visualisable ou d’aspect inhabituel).
»» La mesure du pH vaginal (mise en évidence d’une alcalinisation [pH = 6,5-7,5]) a l’avantage d’être une technique rapide et peu coûteuse. Toutefois, les performances du pH (sensibilité et spécificité) apparaissent moindres que celles observées avec les tests immunochromatographiques faisant appel à Insulin-like Growth Factor-Binding Protein-1 (IGFBP-1) ou Placental Alpha 1-Microglobulin (PAMG-1).
centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique
Mots-clés