Dossier

Foie et grossesse

Mis en ligne le 18/10/2017

Auteurs : P. Sogni

Lire l'article complet (pdf / 889,21 Ko)
  • Les hépatopathies gravidiques sont les atteintes hépatiques les plus fréquentes au cours de la grossesse.
  • La cholestase gravidique est l'hépatopathie gravidique la plus fréquente. Le prurit est le signe d'appel, et l'acide ursodésoxycholique pris précocement améliore le pronostic.
  • Le foie toxémique, incluant le HELLP syndrome (Hemolysis Elevated Liver enzymes Low Platelet count), et la stéatose hépatique aiguë gravidique sont des complications graves de fin de grossesse nécessitant un diagnostic rapide et une prise en charge obstétricale en urgence.
  • La sérovaccination débutée à la naissance est la méthode de prévention la plus efficace de la transmission mère-enfant du virus B, même si elle perd de son efficacité en cas de charge virale élevée chez la mère. Dans ce cas, l'administration d'un analogue (ténofovir) en fin de grossesse, associée à la  sérovaccination, diminue le taux d'échec.

La survenue de symptômes spécifiques ou d'anomalies du bilan hépatique au cours de la grossesse est fréquente puisqu'elle touche jusqu'à 3 % des femmes enceintes (1), et doit amener à un arbre diagnostique et décisionnel simple pour éviter la survenue de complications maternofoetales parfois graves. Les hépatopathies gravidiques (spécifiques de la grossesse) sont le plus fréquemment en cause, mais il ne faut pas négliger les hépatopathies intercurrentes survenant au cours de la grossesse ou diagnostiquées durant celle-ci (1, 2).

Liens d'interêts

L’auteur déclare avoir des liens d’intérêts avec Gilead, BMS, MSD, AbbVie, Janssen, Mayoly-Spindler (boards, invitation à des workshops ou à des congrès).

auteur
Pr Philippe SOGNI
Pr Philippe SOGNI

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Hôpital Cochin, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique,
Hépatologie
thématique(s)
Obstétrique
Mots-clés