Dossier

Impact des polluants environnementaux sur le développement de l’appareil génital féminin

Mis en ligne le 30/06/2014

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,46 Mo)
» De nombreuses molécules chimiques présentes dans notre environnement quotidien sont des perturbateurs endocriniens ; plus de 300 substances ont été retrouvées à faible dose dans le sérum humain, dans le liquide amniotique, dans le sang de cordon ombilical ou dans le fluide folliculaire.
» La grossesse est une période de vulnérabilité importante car ces molécules sont capables de perturber le développement du foetus, entraînant des effets irréversibles sur plusieurs fonctions dont la reproduction.
» Les atteintes diffèrent selon le sexe. Chez les animaux femelles, des altérations ont été observées après exposition in utero au niveau de l’axe hypothalamus-hypophyse-gonade, du tractus génital et des gamètes.
» Certaines altérations de l’utérus ou de l’ovaire se transmettent aux générations suivantes via des effets épigénétiques.
centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique
Mots-clés