Dossier evidence based medicine

L'acide obéticholique : prise en charge de la cholangite biliaire primitive urso-résistante en 2017

Mis en ligne le

Mis à jour le 26/06/2017

Auteurs : Philippe Sogni

  • Plus de trois quarts des patients atteints de cholangite biliaire primitive ont une réponse biochimique satisfaisante 1 an après le début de l'acide ursodésoxycholique (AUDC).
  • Chez les patients qui ne répondent pas au traitement par AUDC, il faut vérifier que l'observance est bonne et la dose prescrite adéquate (13 à 15 mg/kg/j).
  • L'acide obéticholique a reçu l'autorisation de mise sur le marché (AMM) chez les patients ayant une réponse biochimique insuffisante à l'AUDC et permet d'obtenir, associé à la poursuite de l'AUDC dans la majorité des cas, une réponse satisfaisante à 1 an dans environ la moitié des cas.
  • L'augmentation progressive de la dose d'acide obéticholique (5 mg/j pendant 6 mois puis 10 mg/j) permet de réduire le risque de prurit, qui est le principal effet indésirable de ce traitement.
auteur
Pr Philippe SOGNI
Pr Philippe SOGNI

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Hôpital Cochin, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hépatologie
Mots-clés