Dossier

Cancer du rectum : stratégie de traitement de la tumeur primitive en cas de métastases synchrones

Mis en ligne le 09/11/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 109,27 Ko)

La prise en charge des patients atteints d'un cancer du rectum et porteurs de métastases synchrones est une situation complexe et difficile. La stratégie thérapeutique doit prendre en compte la tumeur rectale responsable de symptômes et de complications locales, mais également les métastases, dont l'évolution conditionne le pronostic vital. La prise en charge thérapeutique dépend aussi fortement de la possibilité de réséquer les métastases.

L'administration d'une chimiothérapie périopératoire par FOLFOX est devenue un standard depuis l'essai de l'EORTC 40983, avec une augmentation significative de la survie sans récidive et une augmentation de la survie globale. Le traitement optimal de la tumeur primitive rectale dépend, lui, de sa localisation et du stade au diagnostic. En cas de tumeur du bas ou du moyen rectum, une radiochimiothérapie néo-adjuvante doit être proposée selon la marge de résection circonférentielle et le caractère N+ au bilan préthérapeutique (http://www.tncd.org).

Liens d'interêts

J.B. Bachet déclare avoir des liens d’intérêts : consultant pour Amgen, Bayer, Merck, Roche, Servier ; honoraires : Amgen, Baxter, Lilly, Merck, Roche, Sanofi.

auteur
Pr Jean-Baptiste BACHET
Pr Jean-Baptiste BACHET

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie,
Hépatologie,
Oncologie digestif
Mots-clés