Dossier

MICI – Que faire en cas d'échec des anti-TNF dans les lésions anopérinéales ?

Mis en ligne le 28/02/2021

Auteurs : C. Chapuis-Biron, L. Vuitton

  • Les lésions anopérinéales (LAP) sont fréquentes dans la maladie de Crohn (20 % des patients) et sont un facteur prédictif de mauvais pronostic.
  • Le traitement de 1re intention des LAP est médicochirurgical : drainage chirurgical des suppurations (niveau de preuve 2) et traitement médical par anti-TNF, infliximab (niveau de preuve 1) ou adalimumab (niveau de preuve 2).
  • Sous anti-TNF, la rémission des LAP n'est obtenue que dans 50 % des cas. Dans une étude française multicentrique observationnelle menée rétrospectivement (niveau de preuve 3), l'ustékinumab a montré des taux de réponses à 6 mois de 38 %. Cette molécule pourrait être une option dans la prise en charge des LAP réfractaires. Une étude prospective comparative du GETAID en cours (niveau de preuve 1 attendu) évalue l'ustékinumab dans cette indication.
Liens d'interêts

C. Chapuis-Biron déclare avoir des liens d’intérêts avec Janssen.

L. Vuitton déclare avoir des liens d’intérêts avec AbbVie, Amgen, Janssen, Gilead, MSD, Pfizer, Takeda.

auteurs
Dr Constance CHAPUIS-BIRON

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, CHU de Besançon, Besançon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Lucine VUITTON

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, CHRU, Besançon, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie
thématique(s)
MICI