Dossier

Mode d'action de l'immunothérapie

Mis en ligne le 30/06/2022

Auteurs : V. Randrian, D. Tougeron

  • Les molécules d'immunothérapie utilisées actuellement sont des anticorps bloquant les points de contrôle immunitaire : programmed cell death protein-1 (PD-1) et son ligand (PDL-1) ainsi que cytotoxic T-lymphocyte associated protein-4 (CTLA-4).
  • Les tumeurs avec instabilité microsatellitaire sont la principale indication de l'immunothérapie en oncologie digestive et doivent donc être systématiquement recherchées dès le diagnostic d'adénocarcinome oesogastrique, colorectal ou de l'intestin grêle.
  • Des stratégies combinant l'immunothérapie à d'autres thérapeutiques, comme la chimiothérapie ou des antiangiogéniques, sont nécessaires dans certaines situations afin de sensibiliser la tumeur à l'immunothérapie, à l'instar des tumeurs oesogastriques et du carcinome hépatocellulaire.
  • Les adénocarcinomes du pancréas restent pour l'instant des tumeurs résistant à l'immunothérapie.
Liens d'interêts

V. Randrian déclare avoir des liens d’intérêts avec Merck, Amgen, Sanofi, Servier, Bayer, Accord Healthcare.

D. Tougeron déclare avoir des liens d’intérêts avec BMS, MSD, AstraZeneca, Beigene, Roche.

auteurs
Dr Violaine RANDRIAN

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, CHU, Poitiers, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr David TOUGERON

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, CHU, Poitiers, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Hépatologie,
Gastroentérologie,
Oncologie digestif
Mots-clés