Mise au point

Crises fébriles de l'enfant

Mis en ligne le 22/03/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 159,90 Ko)
  • Les crises fébriles sont la cause la plus fréquente des crises d'épilepsie chez l'enfant.
  • Il faut savoir éliminer une méningite ou une méningo-encéphalite avant de parler de crise fébrile.
  • Il faut penser à une méningite si les signes cliniques sont présents.
  • Pour les parents, les crises fébriles sont une expérience fortement traumatisante.
  • Les mécanismes de déclenchement des crises fébriles ne sont pas complètement compris.
  • La récidive des crises fébriles concerne 20 à 30 % des patients.
  • Les crises fébriles sont parfois la première manifestation d'une épilepsie.

Les crises fébriles (CF) sont la cause la plus fréquente de crise d'épilepsie chez l'enfant. Elles touchent 2 à 5 % des enfants, et le pic d'incidence se situe à l'âge de 18 mois. Il s'agit en général d'un événement bénin qui est perçu par les parents comme une expérience très traumatisante. Bien que la plupart des CF soient convulsives, beaucoup ne comportent qu'une rupture du contact avec hypotonie sans phénomène convulsif. C'est pour cette raison que la terminologie officielle utilise le terme de “crise fébrile” et non de “convulsion fébrile”. Lorsqu'une crise épileptique survient chez un enfant au cours d'un épisode fébrile, il faut en premier lieu éliminer les urgences diagnostiques que sont les infections intracrâniennes, comme les méningites et les méningo-encéphalites. Dans un deuxième temps, on évaluera les critères qui permettent de classer l'épisode en “CF simple” ou en “CF compliquée” et qui fournissent des informations quant aux risques de récidive ou d'apparition d'une épilepsie. Enfin, il faut fournir aux parents des informations complètes et leur expliquer la conduite à tenir en cas de récidive.

auteur
Pr Stephane AUVIN
Pr Stephane AUVIN

Médecin
Pédiatrie
Hôpital Robert Debré, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Neurologie,
Pédiatrie
thématique(s)
Épilepsie,
Neuropédiatrie
Mots-clés