Dossier

Les polyradiculoneuropathies inflammatoires démyélinisantes chroniques motrices

Mis en ligne le 30/06/2022

Auteurs : A. Pegat

  • La polyradiculoneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC) motrice est un variant très rare de PIDC avec des signes exclusivement moteurs, proximodistaux des 4 membres, avec une aréflexie diffuse.
  • La sclérose latérale amyotrophique (SLA), bien plus fréquente, est le principal diagnostic différentiel.
  • L'électroneuromyogramme (ENMG) est l'examen clé du diagnostic, avec en particulier des blocs de conduction (BC) et des anomalies des ondes F, sans anomalie des nerfs sensitifs en thérorie (en cas d'atteinte des nerfs sensitifs, une PIDC à prédominance motrice est diagnostiquée). Si l'ENMG est en défaut, une hypertrophie nerveuse proximale en échographie nerveuse sera recherchée.
  • Sur le plan thérapeutique, les immunoglobulines intraveineuses sont le traitement de premier choix, les corticoïdes étant formellement contre-indiqués, sauf en présence d'une atteinte des conductions sensitives où ils peuvent être essayés avec prudence.
Liens d'interêts

A. Pegat déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Dr Antoine PEGAT

Médecin
Neurologie
Service ENMG et pathologies neuromusculaire, Hôpital Neurologique Pierre Wertheimer, Lyon
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Neurologie
thématique(s)
Neuromusculaire
Mots-clés