Mise au point

Surveillance des biothérapies dans la sclérose en plaques : la pratique d'une équipe

Mis en ligne le 15/02/2017

Auteurs :

Recommandé par 1 personne

Lire l'article complet (pdf / 111,73 Ko)
  • Sécurité des traitements injectables de première ligne.
  • Amélioration de la qualité de vie par les traitements par voie orale de première ligne.
  • Nécessité d'une stratification des indications des traitements de deuxième ligne en raison des risques.

La prise en charge de la sclérose en plaques (SEP) a énormément évolué depuis les premières prescriptions d'immunomodulateurs en 1995. Avec l'augmentation rapide du nombre des traitements disponibles et la meilleure identification de facteurs pronostiques chez les malades traités, l'exigence en termes de stabilisation clinique mais aussi radiologique de la maladie a fortement augmenté, aboutissant au concept de No Evidence of Disease Activity (NEDA 3). Ainsi, à l'opposé des attitudes conservatrices anciennes, la présence d'une activité clinique (poussée et/ou progression) et/ou radiologique (nouvelle lésion T2 ou lésion prenant le gadolinium) nous incite à envisager des escalades thérapeutiques successives, avec des traitements dits de première ligne ou de deuxième ligne, voire d'autres alternatives thérapeutiques. La compréhension des mécanismes immunitaires de la maladie nous permet d'utiliser des traitements prescrits dans d'autres disciplines, notamment hématologiques et rhumatologiques. Ainsi, notre approche évolue, intégrant de nouvelles spécialités thérapeutiques que les neurologues s'approprient progressivement.

L'objectif de cet article est de mieux cerner les risques et de définir les modalités de prescription et de surveillance des biothérapies que nous sommes amenés à utiliser fréquemment dans la SEP, notamment chez des patients jeunes.

Liens d'interêts

P. Labauge déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

X. Ayrignac déclare avoir des liens d’intérêts avec Biogen, Merck, Sanofi-Genzyme, Bayer et Roche.

C. Carra-Dallière déclare avoir des liens d’intérêts avec Novartis, Genzyme, Merck, Teva, Biogen et Roche.

auteurs
Dr Xavier AYRIGNAC

Médecin, Neurologie, Hôpital Guy de Chauliac, CHU, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Clarisse CARRA-DALLIERE

Médecin, Neurologie, Hôpital Gui-de-Chauliac, CHU, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Pierre LABAUGE

Médecin, Neurologie, Hôpital Gui-de-Chauliac, CHU, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Neurologie
thématique(s)
Sclérose En Plaques
Mots-clés