Mise au point

Les troubles vésicosphinctériens après un accident vasculaire cérébral

Mis en ligne le 15/11/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 667,90 Ko)
  • Les troubles vésicosphinctériens sont fréquents à la phase aiguë d'un accident vasculaire cérébral, mais spontanément résolutifs dans la moitié des cas à 3mois.
  • Durant la phase aiguë, la priorité est de prévenir la rétention urinaire par la surveillance du résidu postmictionnel ou le drainage vésical continu chez les patients les plus à risque.
  • Le bilan initial des troubles urinaires comprend un calendrier mictionnel, un examen cytobactériologique des urines et l'évaluation du résidu postmictionnel. Des examens complémentaires pourront être proposés en fonction du contexte, de la gêne et de la motivation du patient, éventuellement après avis spécialisé.
  • Les troubles du transit doivent être systématiquement recherchés, prévenus et traités.
  • La gestion des troubles urinaires et digestifs doit comprendre une prise en charge comportementale.

Des troubles vésicosphinctériens (TVS) surviennent fréquemment au décours d'un accident vasculaire cérébral (AVC), soit de novo, soit sur un terrain fonctionnel urinaire déjà perturbé. Leur gestion est fonction du délai après l'AVC, les préoccupations et les priorités étant très différentes en fonction du stade de la prise en charge au sein de la filière neurovasculaire. L'objectif de cet article est de détailler les problématiques au fur et à mesure des étapes du parcours de soins.

auteurs
Dr Claire DELLECI

Médecin, Médecine physique et réadaptation, CHU, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Bertrand GLIZE

Médecin, Médecine physique et réadaptation, bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Neurologie,
Urologie
thématique(s)
Vessie
Mots-clés