Vie professionnelle

Tumeurs cérébrales rares de l'adulte (projet TUCERA)

Mis en ligne le 02/12/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 93,03 Ko)

Les tumeurs cérébrales primitives du système nerveux central (TP-SNC) posent des problèmes de diagnostic. Leur classification histopathologique, proposée par l'OMS, repose essentiellement sur des critères morphologiques (type cellulaire prédominant) et donne une information sur la malignité biologique (grade de 1 à 4). L'examen anatomo-pathologique se heurte à 2 écueils majeurs : l'hétérogénéité des tumeurs et la difficulté d'appréciation du degré de malignité. Cette situation est liée au relatif manque de pertinence des critères utilisés pour définir la malignité biologique supposée et à l'hétérogénéité des tumeurs où peuvent coexister des zones d'un grade pronostique différent. Depuis 50 ans, la multiplication des classifications histopathologiques utilisées est là pour en témoigner. Dans les gliomes, la reproductibilité du diagnostic est de l'ordre de 60 % des cas lorsqu'il s'agit de biopsies. Ces écueils sont encore plus aigus lorsqu'il s'agit de tumeurs dont l'incidence est encore plus faible. Si les progrès observés dans l'amélioration des connaissances en termes de biologie moléculaire aboutissent, dans un avenir proche, à une nouvelle classification des TP-SNC, qui utilisera ces informations en plus des critères morphologiques, cela ne concerne qu'un nombre limité d'entités.

auteur
Dr HUGUES LOISEAU

Médecin
Neurochirurgie
SCE NEUROCHIRURGIE, BORDEAUX CEDEX
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Vie professionnelle