Dossier

Dépistage des cancers du poumon et des voies aérodigestives supérieures chez le fumeur

Mis en ligne le 23/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,80 Mo)
  • Le dépistage du cancer pulmonaire par scanner thoracique “faible dose” a montré son efficacité dans l'étude NLST (National Lung Screening Trial), avec une réduction de la mortalité spécifique de 20 %.
  • Sa mise en oeuvre à large échelle en France n'est pas recommandée par la Haute Autorité de santé (HAS) à l'heure actuelle.
  • Il n'existe pas de dépistage des cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS).
  • Concernant les cancers des VADS, l'effort doit plutôt se faire vers une détection précoce, guidée par les antécédents, notamment en termes d'addictions, et par la symptomatologie.
  • L'émergence des biopsies liquides pourrait ouvrir de nouvelles perspectives dans le dépistage de ces cancers.

Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent à travers le monde avec, en 2012, un nombre de nouveaux cas estimé à 1,82 million et un nombre de décès estimé de 1,6 million. En ce qui concerne la France, le cancer du poumon est le second cancer le plus fréquent chez les hommes et le troisième chez les femmes. De plus, il représente la première cause de décès par cancer chez les hommes et la seconde chez les femmes. Si son incidence se stabilise chez les hommes, elle est en constante augmentation chez les femmes. De mauvais pronostic, le cancer du poumon constitue désormais un enjeu majeur de santé publique. Soixante-dix à 80 % des cas de cancer du poumon sont diagnostiqués à un stade avancé, toutes histologies confondues, alors que les cancers diagnostiqués aux stades I et II, pouvant bénéficier d'un traitement dit curatif, ne représentent que 15 à 20 % des cas. Le stade constitue un facteur pronostique majeur, et la survie relative à 5 ans passe de 52,8 % lorsque le stade est localisé à 3,8 % en cas de stade métastatique. Le tabagisme étant le principal facteur de risque, il est possible de définir une population cible pour le dépistage. Le cancer bronchopulmonaire réunit toutes les conditions pour être l'objet d'un dépistage : c'est une maladie fréquente, potentiellement grave, mais curable lorsqu'elle est découverte à un stade limité.

Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Marie WARNIEZ

Médecin, Pneumologie, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Alexis CORTOT

Médecin, Pneumologie, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr François MOUAWAD

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Addictologie,
Oncologie ORL,
Oncologie thoracique,
ORL,
Pneumologie
thématique(s)
Tabagisme
Mots-clés