Dossier

Prise en charge thérapeutique des cancers localement avancés : quelle chirurgie ?

Mis en ligne le 30/11/2022

Auteurs : A. Seguin-Givelet, A. Mariolo, E. Kovacs, C. Lafouasse, G. Boddaert, D. Gossot

La chirurgie reste la meilleure option thérapeutique à visée curative dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) chez un patient opérable et dont la tumeur est résécable [1]. Pour tenter de guérir un CBNPC ­localement avancé, il est crucial de contrôler à la fois la tumeur et une éventuelle maladie à distance. La chirurgie ne se conçoit donc que dans une stratégie multimodale qui intégrera chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie et/ou encore thérapie ciblée selon le stade précis et les mutations éventuelles de la tumeur. La ­détermination de mutations ciblables en préopératoire devient nécessaire afin de définir précisément les traitements, notamment néoadjuvants. Cela implique de privilégier des techniques de prélèvement tissulaire de qualité pour le diagnostic. Ces orientations stratégiques sont établies en réunion de concertation pluri­disciplinaire, en présence d'un chirurgien thoracique [2]. La chirurgie doit être réalisée dans un centre expert. Les résultats favorables des premiers essais cliniques intégrant l'immunothérapie en périopératoire dans les stades ­localement avancés opérables vont très probablement faire évoluer nos algorithmes de traitement [3].

Liens d'interêts

A. Seguin-Givelet déclare avoir des liens d’intérêts avec Medtronic, AstraZeneca, Roche et Sivan.

A. Mariolo, E. Brian, G. Boddaert et D. Gossot n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Agathe SEGUIN-GIVELET

Médecin, Chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, Institut du thorax Curie-Montsouris, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Dominique GOSSOT

Médecin, Chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, Institut mutualiste Montsouris, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Pneumologie
Mots-clés